Coup de Pouce Nord-Sud est une association à but humanitaire régie par la loi du 5 juillet 1909.

Elle a été déclarée à la Préfecture de Police de Paris le 2 février 2009 et au Journal Officiel le 7 mars 2009.

Siret : 789 263 662 00015

Autorisation pour reçus fiscaux n° 2012/178 (L80 C du LPF)

 

QUELQUES (tres bonnes) NOUVELLES DE GORIN

 

Bonjour à tous,

Tout d’abord, les villageois vous remercient du fond du cœur d’avoir permis à tous leurs enfants de traverser au mieux la période de famine grâce à la bouillie de survie journalière enrichie de spiruline que - grâce à vous - nous avons pu financer.

Aujourd’hui, les écoliers de Gorin ont retrouvé le chemin de l’école dans les meilleures conditions contextuelles, et… 

Pour la première fois depuis que nous aidons le village, c’est la coopérative des parents des élèves qui a financé les fournitures !

 C’est un grande avancée et une grande satisfaction : notre but « aider pour rendre autonome » devient une réalité. C’est en effet grâce au  commerce du cheptel des chèvres (qui est bien amorcé) que les parents d’élèves ont pu acheter les fournitures nécessaires.

 

Pour la première fois (et c’est peut être unique dans le pays)

les tout petits

ont commencé leur entrée dans le cursus scolaire en section maternelle et à l’abri des intempéries dans une classe en « dur » et toujours sous la conduite compétente et maternant d’une maman volontaire.

 

Il faut maintenant l’équiper en mobilier et matériel scolaire, nous comptons sur votre solidarité.

 

Bébé, l'instit, Tasseré, le responsable de la coop et Pt'it Louis de CDP N-S devant la mater en attente de finition.

 

Une autre grande nouveauté : la collation matinale des écoliers sera bientôt enrichie de poudre de moringa.

Le moringa est un arbuste dont les feuilles ont de grandes vertus nutritives (vitamines, omégas, etc.).  L’été 2014, Road Treep,  association amie de jeunes du 19ème arrondissement de Paris ont planté à Gorin 200 de ces arbustes ; cet été les villageois ont fait la première récolte et ont transformé les feuilles en 2 kilos de poudre. Ce n’est qu’un début, à terme cela remplacera la spiruline que nous finançons actuellement et qui permet de rendre plus fort les enfants durant la période critique de la saison des pluies.

 

Enfin l’épicerie-charrette du hameau Koundo Nacombgo, continue sa tournée pour le grand bonheur des villages environnants (les femmes en particulier) qui peuvent désormais s’approvisionner sur place et ne plus avoir plusieurs heures de marche pour aller acheter les produits de base du quotidien.

Notre prochain objectif : financer le micro-crédit nécessaire pour sortir de la pauvreté 5 villages « oubliés » de cette région déshéritée par l’acquisition de nouvelles épicerie-charrettes.

 

Autant de raisons pour continuer notre action et notre solidarité !

  • les dons sont à envoyer à l’ordre de Coup de Pouce N-S c/o Mclaude Onesti 24 rue Berlioz (apt 32) 93000 Bobigny ou via notre site coupdepoucenordsud.fr. en cliquant sur don

Et n’oubliez pas : IL N’Y A PAS DE PETITS DONS parce que…

les petits ruisseaux font les grandes rivières !


APRES LE SUCCES DES ANNEES PRECEDENTES

 

 NOUS VOUS INVITONS LE 11 SEPTEMBRE

 

AU 4ème VIDE GRENIER SOLIDAIRE ET CONVIVIAL

DE

COUP DE POUCE NORD-SUD

 

POUR DE BONNES AFFAIRES

DE LA BONNE HUMEUR ET DE LA CONVIVIALITE

 

AU PROFIT EXCLUSIF DES ENFANTS D’UN HAMEAU DU BURKINA

 

il se tiendra rues Fessart et des alouette (Paris 19ème)

 

Informations et Inscriptions en ligne

 

http://www.trocmalin.com/public/75019-4eme-vide-grenier-solidaire-et-convivial-coup-pouce-nord-sud-11-09-2016

 

tél (répondeur) 07.31.53.62.40

 


BIENTÔT CES PHOTOS NE SERONT PLUS D’ACTUALITÉ !!!!

 

                               

       Ces photos touchantes,  parce qu’elles sont le témoignage de la volonté des parents de Gorin d’ouvrir les portes de l’école à leurs enfants (*), feront grâce à vous parties du passé !

En effet, la construction d’une classe maternelle dans le village de Gorin est en chantier. Elle pourra accueillir aisément une soixantaine d’enfants.

 

       

 

La « mater » se présentera comme un grand hall semi couvert avec à l’intérieur un local fermé pour le matériel pédagogique et le bureau de l’enseignante.

Elle sera construite avec des matériaux mixtes : sol, structure, charpente et toit en matériaux durables – murs et local technique en banco (pisé) consolidé. Ce choix a été dicté pour des raisons financières mais si la construction traditionnelle est certes moins pérenne elle a l’avantage d’être écologique.

Coup de Pouce N-S a financé les matériaux et la main d’œuvre professionnelle pour le gros œuvre. La population aide les ouvriers professionnels et se charge de monter les murs en banco qui s’arrêteront à mi-hauteur et s’élèveront au fur et à mesure de nouveaux fonds.

Dès que possible nous ferons des photos que nous vous enverrons.

 

      

 

Nous tenons à remercier tous nos amis donateurs, l’association Note et Bien, les participants à notre vide grenier, l’opération « micro-dons » de la mairie de Paris qui ont permis de réunir les fonds nécessaires pour que les « tout petits » de Gorin quittent leur abri de paille ouvert à tous vents pour une structure confortable pour la rentrée 2016 !

        

La réalisation de cette maternelle autogérée est encore une initiative inédite dans un hameau au Burkina Faso, pays qui est la lanterne rouge mondiale en matière de scolarisation

 

(* : les habitants de Gorin avaient pris l’initiative d’ouvrir une section maternelle avec leurs pauvres moyens quand, à Irim, le bourg de proximité, une belle école maternelle avait a été réalisée grâce nos amis suisses de l’association Kaïcedra. L’éducation préscolaire, quasi-exclusivement de l’ordre du privé, demeure un luxe accessible à une portion fort limitée des populations des grands centres urbains. En 2009-2010, le taux de préscolarisation atteignait 2,70 % au plan national. La disparité existe entre régions, mais pas entre filles et garçons.)


Mobilisation générale contre la faim

 

La famine pour qu’elle n’aboutisse pas à des situations dramatiques telles que l’on peut voir à la télévision (celles-là quand elles sont diffusées, il est déjà trop tard) il ne faut pas attendre. Nous devons sans tarder les aider (et vous, nous avons déjà commencé)

Eux-mêmes prennent des mesures et ont instauré une mobilisation générale :

 

Mobilisation intérieure

  • ADEC recense les stocks, la population concernée et prioritaire (enfants, orphelins, femmes enceintes, malades, malades mentaux, vieux, indigents…) et les besoins immédiats, à moyen terme et au plus fort de la crise.
  • Les hommes partent à la recherche dans tout le pays des céréales et matières premières aux meilleurs prix (lesquelles augmentent en même temps que les besoins, donc nécessité d’acheter au plus tôt).
  • ADEC et les communautés villageoises procèdent à la réception, l’enregistrement, la planification et la distribution.
  • Les femmes constituent des équipes pour cuisiner des  bouillies énergétiques de survie.
  • Avec les enfants, elles vont dans la brousse ramasser les feuilles comestibles sous le contrôle des anciens qui connaissent les plantes. Les femmes vont gratter les fond des plants d’eau,  pour ramasser les oignons de nénuphars qu’elles feront sécher avant de les piller et les mettre dans les bouillies, ce en défiant les serpents d’eau et les crocodiles…

 

Mobilisation extérieure

  • ADEC  contacte tous les partenaires internationaux pour un appel d’urgence alimentaire.
  • Les jeunes les plus valides quittent en urgence les villages pour aller travailler ailleurs pour ramener l’argent indispensable à l’achat des denrées de survie.

Pendant ce temps là, la vie continue, avec les moyens du moment : 

  • les enfants vont à l'école,
  • les paysan(nes) n'abandonnent pas la terre, labourent, plantent, et... espèrent qu'il y aura suffisamment d'eauj dans le fonds des puis pour permettre quelques levées
  • les femmes responsables de la mutuelle de sante et des tontines continuent leur travail collectif 
  • l'atelier des femmes (couture, savonnerie, teinturerie) poursuit son activité
  • chaque foyer vaque aux occupations domestiques et, le soir, les jambés résonnent, l'espoir et la volonté sont toujours au rendez-vous, comme pour conjurer le sort pour ne pas compter les morts.

la bouillie que nous fournissons à tous les enfants tous les jours durant la crise est loin d'être suffisante. Pour transformer cette bouillie en un repas solide

merci d'envoyer un chèque à l’ordre de Coup de Pouce Nord-Sud à

Marie Claude Onesti, 24 rue H. Berlioz Apt 32 – 93000 Bobigny

ou faire un don en ligne

 

Pour éviter cela et (re)donner

le sourire et la joie aux mamans



QUAND L’UTOPIE DEVIENT RÉALITÉ Posté le 01/03/2016 - Par MM A la une

QUAND L’UTOPIE DEVIENT RÉALITÉ

 

« Une utopie est une réalité en puissance » disait un homme d’État.

Eh bien, Coup de Pouce Nord-Sud vient d’en faire l’expérience avec les habitants de Koundo Nacombgo.

 

 

Koundo Nacombgo, en s’emparant du projet « une charrette-épicerie », sort de son isolement et remporte une belle victoire contre la misère, grâce à tous les amis actifs et donateurs de Coup de Pouce Nord-Sud.

 

Tirée par un valeureux petit âne qui va de par les pistes caillouteuses, défoncées du bourg au village, du village aux villages voisins, la charrette-épicerie brinquebalante approvisionne désormais les populations des biens nécessaires à leur quotidien : riz, bougies, huile, thé, bonbons, stylos, farine, mil, oignons, savons, lampes à pétrole, allumettes… 

 

 

C’est aux enfants qu’est revenu l’honneur de conduire la charrette au village,

mais ce ne sont pas eux qui feront les tournées… parce qu’ils vont à l’école !

 

Le succès est tel que l’approvisionnement à Irim, le bourg le plus proche, se fait de deux à trois fois par semaine !

Toutes ces nécessités primaires qui demandaient - aux femmes essentiellement - plusieurs heures de marche à pied (à vélo pour quelques privilégiées) pour les acquérir :

Plusieurs heures de souffrance, ballots sur la tête, et souvent enfants dans le dos… C’est fini !

 

Comme est finie depuis quelques mois la corvée d’eau, puisque grâce à nos amis d’Abbracciamo l’Africa, le village possède maintenant un « vrai » puits où l’on peut puiser l’eau nécessaire pour boire, se laver, cuisiner, fabriquer des briques de banco (terre et paille) pour réparer ou construire les cases.

C’est avec beaucoup d’émotion que nous sommes témoins-actifs de ce développement en devenir.

 

Le village est propriétaire de la charrette-épicerie (grâce à un microcrédit). Sa gestion est sous la responsabilité d’un comité de 10 membres (six femmes, quatre hommes) organisé en équipe.

Les bénéfices servent au réapprovisionnement, au remboursement du crédit, à la gestion et à alimenter un compte d’épargne pour les dépenses de santé et de scolarité des enfants.

 

Il reste à transformer cet essai : pourquoi pas 3, 5, 10 nouvelles charrettes pour les nombreux autres villages pauvres ?

 

Les dons sont à envoyer par chèque à l’ordre de

Coup de Pouce c/o Mclaude Onesti

24 rue H. Berlioz, Apt 32 – 93000 Bobigny

 

Ou cliquer sur "faire un don" colonne de gauche

Merci !

 

 

 


1 2 3 4 5   Page suivante